[GUIDE] Comment bien préparer une carte SD pour un bon usage sous Raspberry Pi

Ceci est une guide d’usage qui résulte de plusieurs années sous Raspberry Pi et de retour d’utilisateur sur ce forum et autres.

Que vous soyez débutant ou expert, je vous conseille de lire ce guide. Plusieurs erreurs concerne les carte SD, soit leur préparation ou leur qualité. Je n’ai pas été en mesure de testers toutes les cartes SD et tout les modèles de Raspberry Pi, mais ceci devrais surement vous aider en cas de problème.

Ce guide peut résoudre les problèmes, sans si limité pour;

  • Démarrage impossible (écran noir, avec ou sans arc-en-ciel),
  • Problème de stabilité et de performances,
  • Problème d’exécution de programme,
  • Problème d’écriture sur la carte SD en elle même.

Les marques de carte SD

Les cartes SD (micro SD), ne sont pas tous égaux. Certains fabriquant sont meilleur que d’autres, tout comme les modèles. Le RPi (Raspberry Pi) peut être capricieux.

Déjà, il existe une liste des cartes compatibles (sans être complet, vu l’abondance de modèles et marques);
https://elinux.org/RPi_SD_cards

Personnellement…

  • Kingston : Marche, mais pas toujours bien, la vitesse est basse. sur de vieux RPi 1, il ne marche pas.
  • Lexar : Marche, mais incompatible, avec le modèle que j’ai, sous RPi 1 et 2.
  • Samsung : Vu la « qualité » de leur téléphone et logiciel, j’ose même pas essayer, je redonne aussi vite que je reçois. (Perso Samsung dans le PC/Mobile = Grosse m*rde)
  • Sandisk : Les meilleurs, les Sandisk 32GB Class 10 A1 U1 sont fabuleuse, j’ai réellement un gain de performances et de stabilité, jamais rencontré de problème. C’est mes cartes de choix.
  • Generic et marques chinoises : à éviter à tout prix, la qualité étant très variable d’une carte à l’autre, même pour un même modèle/marque. La fraude est souvent la, et la durée de vie très limité

En générale, il faut une carte d’une marque de qualité, de Classe 10, le type HC (Test. chez Sandisk et Kingston) est très bon, XC aussi (testé avec Lexar). Toutes mes carte sont des A1 U1 (ou information absente), ce qui devrais être un indice de bonne performances. Éviter les cartes dédié a des appareils photos ou une console de jeu (possibilité de blocage matériel).

Les arnaques : Les fausses tailles

Comme cité dans le dernier point, les cartes génériques, chinoises et contrefaçons/copies sont à éviter. Plusieurs commentaire confirmerons ce que j’explique ici.

J’ai personnellement vécu ce type d’arnaque, des « Kingston 32GB Class 10 », j’ai acheté 4 carte microSD, venua dans un package « officiel », j’ai eu confirmation en toute fin que c’était des contrefaçon de chine (via le support client du RMA de Kingston).

Les 4 cartes SD ont été testés de la même manière, sur plus d’un PC. J’ai donc théoriquement 32GB, je commence à les utiliser et je rencontre un problème; les fichiers copiés ne sont pas lisible. J’ai beau reformater, supprimer et recréer les partitions, rien n’y fait. Certains fichiers sont lisible, les plus gros, non.

Je cherche sur internet et tombe sur « h2testw », il me confirmera que la carte SD est problématique.

Ce programme permet de tester une carte SD, clé USB ou disque dur par un fait simple. Il écrit des fichiers sur le disque pour le remplir et après il tente de les lires pour savoir si les données sont correcte ou si il a des secteurs défectueux.

Alors je le lance, et il écrit sans problème sur les 32GB. à la lecture, ont peut apercevoir l’arnaque, les premiers 8GB sont lisible, après, que des erreurs de lecture.

Conclusion: C’est un carte SD de 8GB, maquillé en 32GB.

Alors dans l’état, c’est inutilisable, car tu ne peux par décider, simplement, ou la partition va écrire, même si tu la limite à 8GB. Il faudrait soit modifier le ROM de la SD pour corriger ça, ou aller faire une partition avec des outils qui permette de totalement contrôler l’écriture de la zone possible.

Vu le risque de perte de donner, il est inutile de tenter le diable et de continuer de l’utiliser.

Vous pouvez trouver des vidéo et des articles à ce sujet sur internet, ceci affecte aussi les disque dur SSD et les clé USB.

Et un petit rappel, ce n’est pas parce que la carte SD est fournis avec le RPi, qu’elle marche correctement. Je conseil d’acheter vos cartes SD séparément du RPi, et de ne surtout pas penser utiliser « Noobs », qui est rendu obsolète.


Préparation d’une carte SD

Souvent, lorsque vous achetez une carte SD, elle est déjà « prêt à l’usage », mais pas tout à fait. Parfois la création des partitions, ou du MBR est fautif ou pré-arrangé pour un usage spécifique type (par exemple pour usage avec PC Windows, utilisation de partition NTFS ou FAT32). Alors à l’importation d’une image, vous pouvez avoir des difficultés à démarrer le OS ou qu’elle semble lente.

Le problème ici est que les système informatique minimise leur activité lors de certaines action, même si le résultat recherché et atteint, il ne l’est pas comme vous le pensez. Par exemple, lorsque vous formater un disque, ou supprimer et créer une partition, les informations de la dernière partition sont toujours présent, un formatage est souvent un renommage des chemins des fichier par un caractère « ? » au début pour empêcher leur affichage quand la liste des fichiers est demandé. Mais techniquement, il sont toujours présent si rien n’est écrit par dessus. La présence de ces informations peuvent rendre long le traitement des accès, voir même, « embrouiller » le système pour trouver ce qu’il a besoin.

Le second problème est que parfois une partition fantôme existe avant et/ou après la partition visible, ce genre de comportement peut rendre l’accès a l’image problématique, car aucune partition doit être devant celle de l’image.

Pour éviter tout problème de MBR, il faut préparer la carte. L’amener dans un état proche du « full clean » pour travailler et partir sur une base saine. Vous aurez besoin de miniTools, Partition Wizard.

Ou de HP USB Disk Storage Format Tool

Ou encore, mieux, avec GParted sous Linux/Live CD.
https://gparted.org/download.php

Il ne faut pas utiliser le gestionnaire de disque de Windows. Il gère très mal et travail mal. Il aideras en rien et peut empirer la situation. Référez-vous à mon premier encadré qui justifie la préparation pour comprendre pourquoi.

Avec miniTools Partition Wizard ou GParted, l’idèe sera des refaire la partition et le MBR à « neuf ». Pour ce faire il faut;

  1. Supprimer les partitions présentes
  2. Refaire (réécrire) le MBR
  3. Créer une partition (dans le format que vous voulez, mais compatible du OS que vous êtes)

Après, vous pouvez utiliser le programme de votre choix pour inclure une image sur le carte SD.

Ceci à l’air anodin, mais c’est magique dans mon cas. Et la réponse fut venu après plusieurs formatages, tentative de jouer avec les partitions, et ce avec plusieurs logiciels. Le point #2 est LA chose qui aide, et que Windows par exemple ne fait pas. J’ai jamais comparé deux MBR (avant/après), mais il y a de quoi qui change pour régler les problèmes.


Installer l’image et rappel de certains comportements

Je ne vais pas expliquer ici comment mettre une image, plusieurs guides le font déjà et la tâche est assez simple. C’est la base pour utiliser un RPi. Dans le doute, je vous suggères d’utiliser le Raspberry Imager qui permet d’assurer d’avoir la dernières version pour le bon RPi.

Si vous avez une erreur d’effacement de la partition lorsque vous tentez d’insérer une image, recommencer l’action immédiatement après, et ça marchera. Je suppose que Windows gère l’accès à la carte SD et n’est pas parfait pour répondre au Raspberry Imager.

La majorité des images ont été adapté pour entrer sur une clé de 4GB ou 8GB, l’image reçu est compressé ( ce n’est que les données écrite) mais contient la taille d’une partition donnée au départ.

Par exemple, pour une clé de 4GB la partition sera de ~3.5GB, pour s’assurer d’entrer dans des carte SD de 3.87GB à 4.21GB, selon ce que le fabriquant donnera comme définition à « 4GB ».

Les images fournis sont habituellement bien conçu et au premier démarrage, il ajustera la partition pour remplir 100% de l’espace libre continue après la partition. Si ce n’est pas le cas, l’outils « raspi-config » peut le faire, ou utiliser GParted (démarré sur un autre disque/système), pour la redimensionné, mais le recourt à GParted est très rare.

Je conseille pour les débutants de démarrer le RPi avec un écran, même si il compte l’utiliser via SSH (headless). Vous pourrez vous assurer que le système démarre correctement et si il y a des messages d’erreur, de pouvoir en prendre note plus facilement. Après le premier démarrage et la prise en charge via le réseau et que vous y accédiez sans problème, vous pouvez retirer l’écran.

Et tout comme pour une jeu vidéo, n’insérez pas et ne retiré pas la carte SD si le RPi est sous tension.