Idée pour raspberry pi zero

Bonjour,
j’ai acheté un raspberry pi zero il y a à peu près un an mais je ne l’ai pas encore vraiment utilisé, qu’est ce que je pourrais faire avec qui serait « utile » ?
Et aussi, peut on installer android dessus ? (j’imagine que la réponse est non vu la configuration de ce raspberry mais je demande quand même).
Merci !

Hello,

En effet non android ne tournera pas dessus.

Tpyiquement tu peux en faire une camera embarquée avec une picamera, éventuellement un petit serveur pour faire tourner pihole ou un VPN.

Comme le zero est moins cher qu’un Arduino et a tout ce qu’il faut pour l’emuler dans une certaine mesure -pigpio en C et python; ladyAda a tout ce qu’il faut aussi- , il peut piloter des servomoteurs (entre autres) et stabiliser une camera…

Je regarderais simplement … si dans la tribu des Arduini, il n’y a pas la même fonctionalité, pour un prix voisin (si j’ai bien compris, le zero est limité à une vente par personne. Je suis sûr qu’il ne tolère pas des entrées à 5v ->
une fois détruit, vous ne pouvez pas le remplacer… ec qui limite son interet).
A noter que la flash des Arduini, soudée (et qui fait partie du prix) , est plus fiable qu’une carte SD…qu’il faut acheter en sus

Tu es certain?
Un seul en tout et pour tout, par personne?

Selon ce que je lis sur kubi/

Citation En ce qui concerne le Raspberry Pi zéro modèle 1.3 et modèle W, ceux-ci sont soumis à une réglementation très spécifique. En tant que revendeur officiel de la fondation, nous sommes dans l’obligation de respecter cette réglementation. C’est pourquoi ces modèles sont limités à une seule pièce par commande.

Non, je ne l’étais pas… mais grâce à vous, je le suis devenu.
à noter que les Arduini 8 bits sont plus robustes que les RPi… les rendant idéaux pour des tests (meilleure consommation totale et par broche, plus grand nombre d’écritures au même endroit pour la flash)

Le système Raspbian a probablement évolué depuis 2018, époque à laquelle j’ai étudié le sujet Raspberry, mais à l’époque, il y avait quelques manip conseillées pour que les fichiers d’échange, temporaire et Cie soient traités par la mémoire vive de la carte mère Rpi, plutôt que par la carte SD, afin de réduire l’usure de la carte SD

C’étaient des contournements de défauts inherents aux cartes flash (idéales pour stocker des photos, des videos d’anniversaire… mais pas pour modifier/compiler du code) voir https://en.wikipedia.org/wiki/Write_amplification.
En ce qui me concerne:

  • je supprime totalement le swap (fichier d’échange chez M$) par sudo swapoff -a (dans le .bashrc)
  • pour les compilations et l’entraînement/validation de resaux de neurones, soit j’utilise une carte uSD peu remplie (wear levelling du pauvre), soit un disque externe rotatif de recup… et mes microdisquettes ont l’air de tenir…

Oups! Je viens de réaliser grâce à toi que les mémoires flash ne sont pas des UVPROM… :smile: (que l’on « flashait » aux UV pour effacer la mémoire. Et là, je suis grillé, on voit que je suis un vieux! :smile: :smile:)

Je n’ai pas suffisamment de connaissance sur les fichiers d’échange, leur intérêt sous des systèmes Linux / Raspbian, avantages, défauts. Si tu as des infos, je suis intéressé.

Peut être suis je plus vieux que vous.
Windows et tous les nixes ont la possibilité d’agrandir artificiellement la mémoire disponible.
Pour windows, il y a 2 fichiers, un fichier d’echange et un fichier d’hibernation (permet de redemarrer après une coupure de courant, en espèrant qu’un état windowsien est interessant)
Sous GNU/linux , le fichier (ou la partition…) sert à la fois à l’extension de la RAM et à une eventuelle hibernation (mais on privilégie, au moins dans les pays développés, l’hibernation en RAM , avec un CPU … quasiment à l’arret, consommant très peu)

On peu se trouver en pénurie de RAM lors de compilations massives (ex: opencv et dlib , deux bibliothèques de traitement d’images en C++ ont actuellementdes exemples qui ne peuvent être compilés que pour un 64 bits, les 32bits n’adressant que 3 G… )
lors de traitements d’images type apprentissage … et lors de navigations avec tout plein de fenêtres ouvertes (ouvrant la voie au naufrage).
Pour ce faire, on décide de transformer un bout de disque … en RAM, en s’inspirant de https://fr.wikipedia.org/wiki/Espace_d’échange (qui confirme ce que je vous ai dit de mémoire)
Par defaut, le RPi a un tout petit fichier d’échange, de 100M (sert à éviter des petits écueils à un navigateur). Le choix d’un fichier plutôt que d’une partition résulte du fait qu’une partition a une adresse physique fixe, sur la carte SD et que, les cartes SD étant très rapides, on écrira souvent au même endroit, les menant rapidement à la ruine …
Les gros mangeurs de RAM ex: https://www.learnopencv.com/build-and-install-opencv-4-for-raspberry-pi/
conseillent donc de retirer le tout petit fichier de swap, et suivant les cas:

  • de ne rien faire (cas des RPi 4 à 4G/8G de RAM: je n’ai été qu’une fois en pénurie de RAM ce week end sur un Pi4/8G): on a juste la vraie RAM, si on est en pénurie, une tâche (le navigateur, le bureau, la tâche que l’on veut éxécuter…) mourra de faim…
  • De faire un gros swap (1 ou 2 G: on a les outils pour faire un fichier de swap, de preference IMO sur un disque externe mécanique) pour les PI1, 2 , 3, 4 <=2G… . A noter que les temps d’accès à la mémoire virtuelle sont au bas mot 1000 fois plus lents que ceux à une mémoire réelle (la lecture par blocs y pallie … un tout petit peu) … Des logiciels donnés pour s’éxécuter en, disons 10 min mettront un temps imprévisible (dépend d’autres processes…) à finir éventuellement… C’est une configuration inconfortable qu’on essaye d’éviter… mais ce n’est pas toujours possible

Il y a aussi des vicieux qui transforment la RAM en système de fichiers, s’inspirant de https://fr.wikipedia.org/wiki/Ramfs

pour le Rpi zéro, c’est 512ko!
Merci pour ces infos intéressantes

Je vais faire mon pédant:
512 Mega (l y a eu des Arms sous GNUlinux avec moins -256 M; rendant difficile l’usage d’un bureau)…

houla, oui! :grin: tu as raison… :yum: 512 Mo.
D’ou l’intéret de la version Raspbian sans interface graphique pour le Rpi zéro (je suppose qu’elle existe toujours) que je vois plus comme un « automate programmable » que comme un « micro ordinateur »

Normalement, on pouvait avoir des traitements de texte sous 8 bits avec 32Kilos de RAM -et il n’y avait pas plus de sottises que maintenant, si on veut rester très optimiste-
et j’avais un beau bureau Mandriva avec 384 megas de RAM …
donc, on peut avoir un bureau pas trop affreux avec des pizeros (j’ai eu un beau bureau, un peu instable, avec des nanopis de 256 Megas)

Le seul gros problème qui limite l’usage des pizeros, c’est une politique commerciale de pénurie organisée ;
si on veut s’interfacer avec le matériel -cas d’un automate programmable- , il faut s’attendre à casser, et donc

  • que ce ne soit pas trop cher; là, le zero n’est pas mal du tout (on peut compiler des choses simples, lire un manuel: un ESP32 n’a pas toutes ces belles choses, m^me s’il aa micropython)
  • qu’on puisse le remplacer -et là, je vais être très, très cruel : comment peut on choisir de faire pire-

[Mode Hors-Sujet]
En 1999, j’avais un processeur K6-2 à 350MHz avec une Ram de 32 poussée à 64.
Et oui, on pouvait avoir un bureau sous Windows ou sous GNU/Linux :smiley:
[/Mode Hors-Sujet]

Oui, mais s’il tombait en panne, vous pouviez le remplacer… (c’est l’énorme défaut du pizero, qui justifie à lui tout seul le Brexit)

heu…
Selon ce que j’ai compris, on peut en acheter un seul à la fois,
pas (forcément) un seul dans toute sa vie.

C’est vrai ; un seul à la fois.
Mais pas un seul dans sa vie.
Car j’en ai 2.
(ou alors, c’est parce que je suis au moins 2 dans ma tête :crazy_face:).

J’ai acheté 2 Rpi Zero (sans wifi ; j’aime pas le wifi).
Mais 1 par 1 lors d’autres commandes.

Le souci, c’est que pour un truc à 5,22 euros (prix auquel je les ai eu), tu as presque autant en frais de port (d’où les commandes lors d’autres commandes).

(et c’est vrai que les machines d’autrefois, on changeait des composants. Certes, les nano-ordi sont peu chers, mais peu réparables donc peu écolo)

Pendant des années, la pénurie de zeros a été si bien organisée que seul un detaillant en France en avait… et depuis, il y a eu la concurrence des arduini, voire ESP32 (ils sont peut être plus chers, ont 100, 1000 fois moins de RAM, mais ils ont tout ce qu’il faut pour faire un automate programmable : a noter que les RPi 32 bits ont tout ce qu’il faut pour programmer un ESP32 - RPiOS64 bits peut programmer des arduini 8bits (nano, classico), vraisemblablement des duine, mais n’a pas le cross compilateur -entre autres- pour les ESP)

Je préfére ça! :slight_smile:

Je ne connaissais pas les ESP (à part le correcteur électronique de trajectoire sur les voitures, autres que ma vieille Twingo :smiley: )

Je crois que la version de wikipedia dédiée aux ESP32 est meilleure en anglais, portugais qu’en français.
le site https://randomnerdtutorials.com/projects-esp32/2/ propose … 90 idées (excusez du peu) hors camera (Denis Bodor, éditeur et grand contributeur de Hackable Magazine, a exploré récemment sa caméra… et donné des tas de conseils pour l’ESP32, dont beaucoup ont été judicieux pour moi -je vais m’en desinteresser pour le moment, ayant trouvé des cours de « deep learning » et des modes d’emploi utilisables)